Cantines bio dans les crèches : un phénomène de mode ?

Le bio est apparu dans les années 90 dans certaines restaurations collectives, mais il était jusqu’à ces dernières années réservé à quelques écoles ou crèches privées.

Ces dernières années, seuls 2% des menus scolaires étaient constitués de produits issus de l’agriculture biologique, selon un sondage CSA/Agence Bio réalisé en 2010. Pourtant, le grenelle de l’Environnement a pour objectif de passer à 20 % cette année.

Le bio : du producteur jusqu’aux grandes surfaces, un phénomène de mode

Sac biodégradable, aliments divers, cosmétiques, textiles… effet  mode oblige, le bio* est partout.

Mais est-il utile ? et en quoi ?

La restauration collective biologique en crèche est de plus en plus courante.

Il est évident que dès la diversification alimentaire des bébés, à l’âge de 6 mois, il est préférable de lui donner ce qu’il y a de plus sain.

Certes plus chers, les aliments bio détiennent moins de pesticides, de nitrates, de médicaments et de substances chimiques. Sans oublier que manger bio contribue au bienfait de notre planète (moins de polluants, exploitations plus traditionnelles, produits de saison et de proximité…).

*sont certifiés « produit issu de l’ agriculture biologique » les produits qui contiennent au minimum 95% d’ingrédients issus de l’agriculture biologique.

Convertir une cantine conventionnelle en bio

Il est possible de convertir une cantine en bio. Pour cela  tous les intervenants sont concernés et doivent intervenir. (du maire, en passant par le directeur, les auxiliaires, les cuisiniers jusqu’aux parents d’élèves). Il suffit d’élaborer un projet, trouver et rencontrer la filière biologique locale et enfin sensibiliser les intervenants et les enfants aux produits bio.

Un appétit teinté de curiosité

Les enfants découvrent alors de nouveaux goûts, de nouveaux produits, des saveurs, des couleurs. Ils découvrent également l’origine des aliments et pourquoi pas certaines pratiques agricoles. Le bio peut être introduit dans quelques produits, puis dans des menus entiers.

L’alimentation bio devient alors un vecteur de partage de connaissances et d’ouverture à la nouveauté. En effet, le bio  se retrouve dans certaines crèches au delà des assiettes, dans des  potagers, ou  des coin à plantes aromatiques cultivés dans les jardins. L’enfant devient consommateur et petit producteur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *