Le suicide des jeunes

Quand les jeunes passent à l’acte

Peu documenté en France, le risque suicidaire des plus jeunes appelle une prévention et une prise en charge particulière. L’évolution des taux de suicides dans le monde pose un problème majeur de santé publique. C’est aujourd’hui la 4° cause de décès, indépendamment du niveau socioculturel des pays et  de leur situation (guerre, famine, épidémie).

Dans les pays dits industrialisés, le suicide des 15-24ans est la première cause de mortalité…

Si le suicide est relativement peu documenté chez les ados il l’est encore moins chez les enfants alors que la prévalence dans cette tranche d’âge est loin d’être négligeable. Il y a moins de passages à l’acte chez les moins de 15 ans que dans les tranches d’âge supérieures, mais la prévalence chez les moins de 12 ans s’établit malgré tout, à deux suicides pour 100000.

Les facteurs de risques

« Le passage à l’acte est le premier facteur de risque » déclare C. Stordeur, auteur d’une étude à partir de la prise en charge aux urgences pédiatriques de 232  jeunes patients. D’autres facteurs sont à prendre en compte, tels les comorbidités somatiques et psychiatriques familiales, le manque de stabilité du réseau social et familial mais aussi l’influence des médias. « Livrer trop de détails sur les modalités d’un suicide peut dans certains cas donner des idées à des personnes qui étaient ambivalentes sur le passage à l’acte ».

Les troubles psychiatriques comme les troubles du comportement, de l’humeur, alimentaires, la polyconsommation précoce d’alcool et de cannabis sont aussi des indicateurs de risque. L’absentéisme scolaire et des maux somatiques (mal de ventre, fatigue) répétés pour ne pas aller en cours doivent également attirer l’attention.

En outre le conflit, facteur de risque aggravé est presque toujours sous jacent dans une tentative de suicide : dispute avec les parents, éducateurs, amis… Côté prise en charge les professionnels préconisent une hospitalisation dans la majorité des cas de tentative de suicide.

En résumé il ne faut pas laisser sans réponse une tentative de suicide.

Comment utiliser cette information ?

Cet article traite à la fois d’un phénomène de société moderne et d’un problème de santé publique. Il aborde les facteurs de risque et les signes d’alerte du suicide, ces éléments peuvent aider à élaborer un plan global sur le thème du suicide. En 2012, deux jeunes enfants de moins de 12 ans se sont donné la mort  en France.

Il vous appartient de chercher les mesures mises en place pour aborder l’aspect « remèdes », élément indispensable pour une analyse complète du sujet lors d’un oral de concours

 

Des pistes à creuser

  • Elargir le vocabulaire et savoir définir les notions de prévalence, somatique, morbidité, comorbidité
  • Approfondir les facteurs de risques : maltraitance, viol, inceste, maladie et handicap, poids d’une éducation rigide, harcèlement moral par les pairs (qui sera traité ultérieurement par Catherine Guilbert)…

Bon travail et ouvrez l’œil !!

Par Catherine Guilbert Laval, formatrice concours sanitaires et sociaux

INFO ELEVES ECOLEMS

Retrouvez Catherine Guilbert Laval à partir du 19 novembre sur le forum dédié aux concours !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *