Etre formatrice en maquillage beauté conseils chez ECOLEMS

Interview : « Le make-up m’a amenée aux Fashion Shows en Inde » – Céline Courcelles

33 ans, passionnée de voyage, experte dans les métiers de l’esthétique… Céline Courcelles est une des formatrices d’ECOLEMS. Retour sur l’interview de celle qui aime « casser les codes de la formation » grâce au Digital Learning.

L’esthétique est un secteur en pleine mutation, porteur de nombreuses trajectoires professionnelles, et qui ne ressemble plus aux métiers d’il y a 20 ou 30 ans. Pour vous, quel a été votre parcours dans le secteur de l’esthétique ?

Si l’esthétique est ma première passion, j’ai toujours été attirée par le domaine de la formation. Ainsi, pour moi, mon métier est vite devenu indissociable de celui de la transmission… Je me suis donc naturellement dirigée vers un BTS esthétique, mais que j’ai ensuite complété par des années d’expérience sur le terrain.  Par exemple, j’exerce aussi bien pour des enseignes nationales et internationales en tant que formatrice, que pour intervenir en jury d’examen, notamment sur les CAP, BAC PRO et BTS.

Qu’est ce qui vous plaît dans votre double métier : de formatrice et de professionnelle de l’esthétique ?

En premier lieu, j’aime transmettre aux apprenants les exigences techniques que l’on attend aux examens. Mais surtout, j’aime à les préparer au terrain professionnel dans lequel ils évolueront d’abord durant leurs stages puis plus tard dans leur vie active. Pour résumer, ce qui me plaît, c’est d’être au contact des élèves, quel que soit leur parcours, et de leur donner toutes les clés pour réussir leur avenir.

En quoi le Digital Learning vous aide, justement, à mieux préparer vos apprenants ? 

Le Digital Learning crée une proximité, un échange, paradoxalement plus simple, même via écran interposé ! Par exemple, je suis parfois connectée le soir ou le weekend, en dehors des heures de bureau traditionnelles et je peux ainsi répondre aux questions ou corriger des devoirs ou dossiers. C’est une façon d’être plus disponible, de « casser les codes », via les lives, et surtout les élèves me connaissent… Nous échangeons et partageons sur le mur pour le bénéfice de tout le monde, c’est une situation gagnant-gagnant !

Quelles sont aujourd’hui les grandes tendances du secteur ? Et quelles sont, selon vous, les opportunités ? 

L’esthétique se propage et évolue à toute allure ! Le secteur touche aujourd’hui un large public, et partout à travers le monde… ce qui permet de vivre de véritables aventures ! Par exemple, l’un de mes plus beaux souvenirs est d’avoir été Make-up manager lors de Fashion Shows en Inde. J’ai pu y gérer le bon déroulement des shows, créer des contacts avec les mannequins, les embellir et mettre en avant la marque représentée. Donc, si vous aimez voyager, l’esthétique peut vous y conduire ! Mais, il y a d’autres tendances à explorer et tout aussi passionnantes : le BIO, le marché de l’anti-âge, l’esthétique à domicile ou encore en tant qu’accompagnement médical – en cas de cancer par exemple…

Pour conclure, quels conseils donneriez-vous à nos futurs diplômés ?

Dans votre formation, et je m’adresse ici aux apprenants, soyez ouvert(e)s aux diverses techniques et matières esthétiques enseignées, vous aurez ensuite le temps de vous perfectionner et de choisir votre spécialité. Bien sûr, les bases sont cruciales, et elles vous permettront de bifurquer peut-être un jour dans un autre champs d’activité. Il faut donc bien les maîtriser. Enfin, durant toute votre vie professionnelle, il vous faudra travailler trois qualités essentielles : l’écoute, la rigueur et la créativité.

Découvrez la formation au CAP Esthétique